Après un bon petit déjeuner, nous nous engouffrons dans un minivan à la découverte des fameux marchés flottants. Après plus d’une heure et demie de route, nous embarquons tous les cinq dans un long tail boat. Le capitaine du bateau est un véritable Fangio, le célèbre pilote de formule un argentin : on s’accroche aux planches qui nous servent de siège !

On navigue d’abord plutôt tranquillement sur les canaux et nous découvrons les pilotis des échoppes de vendeurs de poupouille : couvre-chef colorés, tableaux, bibelots, éventails. Nous entrons plus loin dans le vif du sujet et rencontrons les premières barque-cuisine, véritables cantines flottantes : nous nous laissons tenter par les brochettes de poulet, les salades de poulpe, les boulettes de viande parfumées, les célèbres durians (spécial dédicace odorante à Benjamin G. et à l’équipe de Fives) Ce fruit est un incontournable en Asie, son goût est très apprécié malgré son odeur particulièrement tenace : comment vous décrire ce parfum ? On dira que ça ressemble à un munster resté au soleil pendant plusieurs jours ou une tarte au maroilles quand elle sort du four de Laure M. Il est interdit dans les hôtels, les avions et dans beaucoup des transports en commun…

Petite halte sur pilotis pour visiter la ferme aux coconuts : nous participons tous volontiers à la fabrication (et sa dégustation) artisanale musclée du caramel de coco, miam ! On essaye quelques chapeaux et nous reprenons l’embarcation avec notre pilote attitré. C’est à partir de là, dans la traversée du village sur les rives, qu’il lâche les chevaux et tape quelques pointes de vitesse dans les lignes droites, y perdant même sa casquette ! L’eau de la rivière n’est pas très claire, d’un vert-brun opaque, elle ne rebute pourtant pas certains riverains et même quelques varans qui s’y baignent…

Nous sommes dimanche et ne pouvons rater le marché de Chatuchak. C’est un des plus grands marchés au monde (11 hectares, plus de 200 000 visiteurs chaque week-end) ! Les Thaïlandais aiment à dire : “Tout ce qui est en Thaïlande, vous pouvez acheter sur Chatuchak”.
On déambule dans les rues envahies de marchandises rangées par secteur : soie, fripes, vêtements colorés, pantalons remplis d’éléphants, nourriture odorante, bancs entiers d’octopus qui finissent sur des brochettes, porcelaine pas facile à ramener dans ses bagages, souvenirs en tout genre, du vrai, du faux, on en prend plein les yeux ! D’ailleurs, nos deux grandes filles dégotent chacune une paire de lunettes très couleur locale…

Encore une journée haute en couleurs et en température !

Il fait toujours aussi chaud dans les tuctucs qui nous emmènent le lendemain matin au Palais Royal. C’est le lieu de culte le plus respecté à Bangkok, et aussi le plus visité ! Majestueux, il est constitué de plusieurs bâtiments ornés d’or qui étincelle sous un soleil brûlant. Les gardiens des trésors (sorte d’humain à tête de dragon peu avenant) sont impressionnants.

On a tout prévu concernant les précautions à prendre pour la visite des temples : pantalons avec des éléphants pour couvrir nos shorts trop courts, foulards pour couvrir nos épaules trop découvertes. On n’avait pas prévu que ça ne suffirait pas ! Margaux se voit obligée d’acheter un «superbe» T-shirt éléphant car le débardeur même couvert par un foulard n’est pas réglementaire !

Christophe n’est pas en reste et emprunte le pantalon multicolore de sa fille le temps d’une visite fashion au top du style…, son compte Insta affiche un record de followers !

On dépasse largement nos limites d’acclimatation, rapport avec les températures caniculaires, pour visiter les merveilles architecturales de l’endroit : peu d’ombre et beaucoup de touristes…

L’air conditionné du mall MBK nous fera le plus grand bien : 8 niveaux de galerie marchande qui regroupent pas moins de 2 500 magasins ! On trouve de tout : un T-shirt Simpson pour Juju, un disque dur pour nos photos, des tatouages pas chers pour Joanne et Margaux et une fraîcheur bien agréable !

Heureusement, l’air de Bangkok est un peu plus respirable pour notre soirée sur Khao San Road : ce quartier est l’endroit où se rassemblent les routards du monde entier. On adore ou on déteste, nous on a bien aimé ! Très animé le soir, en une seule rue se mélangent méga watts du mix des musiques de chaque bar, stands de street food exotico-insectico-reptilo-bizarre, propositions des masseuses et des tailleurs qui t’interpellent à chaque pas, petits restaus aux chaises en plastique sous les ventilateurs bienvenus mais insuffisants pour nos organismes d’européens… En ce qui concerne nos estomacs, nous les mettrons à rude épreuve pour une dégustation extravagante ! C’est parti pour un menu dégustation de mets délicats : brochette de scorpion, crocodile à la broche, et une poignée de vers de farine, une, et une barquette de criquets, une, et pour terminer une mygale à partager !

Toute la famille goûte à tout, avec plus ou moins d’appétit : finalement, les insectes ne sont ni bons ni mauvais, le sel et le fait qu’ils soient frits les font passer mais les petits bouts de carapace qui restent entre les dents ne sont pas très appétissants.

Nous préfèrerons le goût subtil du barbecue de crocodile et les incroyables jus de mangue tellement parfumés…